Compte rendu du petit-déjeuner avec Nicolas Revel, directeur général de la Cnamts

Vendredi 25 Mars

Les syndicats de médecins libéraux et l’assurance maladie ont jusqu’au 26 août pour négocier une nouvelle convention qui régira leurs relations pendant les cinq prochaines années. Nicolas Revel a fait le point, lors d’un petit déjeuner organisé par l’Ajis, vendredi 25 mars, sur le début des discussions.

Pour Nicolas Revel, cette négociation suscite des attentes très fortes, du côté des professionnels, mais aussi du côté des patients et des pouvoirs publics. Sans donner d’indication chiffrée, le directeur général a laissé entendre qu’il disposait bien d’une enveloppe et donc d’une certaine marge de manœuvre dans un contexte économique toutefois difficile.

Trois enjeux

Il a distingué trois grands enjeux dans cette négociation. Le premier enjeu est l’amélioration des conditions d’exercice de la médecine à l’heure où les professionnels doivent prendre le virage ambulatoire. « Les jeunes médecins nous disent qu’ils souhaitent consacrer moins de temps à des tâches administratives pour se consacrer davantage à l’exercice de la médecine ». Le deuxième enjeu est l’amélioration de la prise en charge des patients. Le troisième enjeu est la question problématique de l’accès au soin dans certains territoires alors que s’annonce une vague de départs à la retraite très importante. Sur ce dernier point, Nicolas Revel a indiqué qu’il souhaitait « réorienter l'option démographique » afin que cette aide de 30 millions soit mieux fléchée vers les praticiens qui décident de s’installer dans les déserts médicaux. Aujourd’hui, cette aide bénéficie  en effet essentiellement aux médecins qui sont déjà installés dans ces zones sous-médicalisées.

Une négociation en deux temps

Le directeur général de Cnamts est également revenu sur la manière dont il mène cette négociation. Il a distingué deux temps. Jusqu’en mai, il compte essentiellement entendre les syndicats afin qu’ils balaient les grands sujets conventionnels et puissent exposer leurs analyses et leurs points de vue. « Je souhaite ouvrir le champ des possibles ». Ensuite viendra le temps de la négociation proprement dite. Nicolas Revel est par ailleurs revenu sur les modalités techniques de la généralisation du tiers payant et a annoncé qu’il comptait ouvrir une négociation avec les syndicats de dentiste en septembre.

Crédit photo : AJIS.