16 avril

Les associations, mutuelles et autres coopératives deviendraient-elles des entreprises comme les autres ? Ces vingt dernières années, l’économie sociale et solidaire (ESS) n’a cessé de gagner en reconnaissance, jusque parmi les partenaires sociaux - au point d’inspirer les entreprises classiques, désireuses de contribuer, à leur tour, à l’intérêt général. Et en retour, même les associations œuvrant dans le social ou la santé sont incitées, elles aussi, à fusionner, à répondre à des appels à projets, ou encore à se trouver des financements privés.
Avec Emmanuel Macron, le mouvement paraît encore s’accélérer. Ainsi Bruno Le Maire doit bientôt présenter son projet de loi Pacte, qui pourrait permettre aux entreprises d’intégrer des objectifs sociaux et environnementaux dans leurs statuts. Quant à Christophe Itier, le haut-commissaire à l’ESS, avant même de présenter sa feuille de route pour le secteur, il a proposé en janvier aux entreprises sociales de changer d’échelle, avec un label « French impact » directement inspiré des start-up.
L’économie sociale et solidaire est-elle donc en train d'infuser ses valeurs à la société et au capitalisme ? Ou risque-t-elle, au contraire, de voir diluées ses spécificités ? Qu’en pensent ses représentants ? Qu’attendent ses fédérations d’employeurs ? Que craignent ses acteurs « privés non lucratifs » du social, du médico-social ou de la santé ? 
Pour en débattre, nous accueillons :
- Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS et de la Fondation du Crédit coopératif,
- Antoine Dubout, président de la Fehap (fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs),
- Hugues Vidor, président de l’Udes (union des employeurs de l’économie sociale et solidaire),
- Jérôme Voiturier, directeur général de l’Uniopss (union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux).
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail qui vous communiquera le lieu de la rencontre.

17 avril

La première partie de cette rencontre sera consacrée à une présentation de la branche recouvrement de la sécurité sociale, certainement la moins connue du grand public. Quelles sont ses missions ? Comment est organisé son réseau ? Quelles sont ses relations avec les autres branches de la sécurité sociale ? Comment travaillent les Urssaf avec les entreprises ? Quel type d'information peut-on trouver auprès de la branche ?
Yann-Gaël Amghar répondra à ces questions, avant d'aborder, dans une seconde partie, l'actualité du recouvrement. L'Acoss négocie actuellement sa nouvelle convention d’objectifs et de gestion 2018-2021 avec l’État, alors que le réseau est fortement impacté par de nombreuses réformes : suppression du RSI et intégration au régime général, transformation du CICE en baisse de charges, poursuite de la mise en œuvre de la déclaration sociale nominative, collecte des contributions formation des entreprises au titre du financement de la formation professionnelle, projet de loi société de confiance, etc. Le directeur général de l'Acoss reviendra pour les journalistes de l'AJIS sur l'ensemble de ces dossiers.
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail qui vous communiquera le lieu de la rencontre.

19 avril

Il sera, dans quelques jours, le nouveau secrétaire général de Force ouvrière, la troisième confédération syndicale française. Une élection sans surprise, puisque Pascal Pavageau, actuellement secrétaire confédéral FO, en charge de l’économie, de la fiscalité, du numérique, de la politique industrielle, de l’environnement et du développement durable, est le seul à briguer le poste pour succéder à Jean-Claude Mailly, l’actuel numéro un du syndicat. Engagé à FO depuis 1991, ce syndicaliste encore peu connu du grand public, se présente comme un « réformiste militant ». Réputé plus dur que son prédécesseur, il pourrait toutefois être plus enclin à battre le pavé. De quoi bouleverser quelque peu l’échiquier syndical, alors que les foyers de contestation sont nombreux en ce début de printemps. A moins de quatre jours du Congrès de Force ouvrière, qui se tiendra du 23 au 27 avril, à Lille, ce grand rendez-vous avec Pascal Pavageau sera donc l’occasion de l’interroger sur sa vision du syndicalisme et sa stratégie pour Force ouvrière.
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail qui vous communiquera le lieu de la rencontre.
(rencontre réservée aux journalistes)