9 février

L’AJIS vous propose une visite du centre Epide de Montry (Seine-et-Marne).
Sous la tutelle des ministères de l’emploi, de la ville et des armées, l’Établissement public d’insertion dans l’emploi (Epide) propose à des jeunes de 17 à 25 ans un dispositif d’insertion qui se distingue notamment par une prise en charge en internat de semaine. Ancien « Établissement d’insertion de la défense », il offre à 4000 jeunes par an, pendant 9 mois, un accompagnement sanitaire et social, un parcours citoyen attesté et un parcours pédagogique adapté et individualisé dans lequel les entreprises sont parties prenantes.
Cette visite, au cours de laquelle nous rencontrerons responsables de l’Epide, éducateurs, jeunes et employeurs, sera l’occasion d’évoquer les conséquences du Contrat d’engagement jeunes mais aussi les projets autour de France Travail et du Service national universel.
Rendez-vous au Centre Epide de Montry, 50 avenue du 27 Août 1944, 77450 Montry, à 8 heures du matin (pour le lever des couleurs…) Nous pourrions organiser un covoiturage…
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail.

14 février

Dans un contexte d'inflation et de difficultés de recrutement, comment les PME peuvent-elles se distinguer face aux grandes entreprises en matière de rémunération pour attirer et fidéliser les salariés ? Voilà la question qu’ont choisi d’aborder ensemble l’AJIS et l’AJPME.
Pour en débattre et aborder des expériences concrètesMélanie Berger Tisserand, présidente du Centre des jeunes dirigeants, à la tête de la TPE EMS Audit ; Joël Pascal, élu CGT dans un CSE au sein d’un cabinet d’avocats ; Nadine Levratto, économiste, directrice de recherche au CNRS, enseignante à Paris Nanterre, directrice du labo EconomiX.
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail, qui vous communiquera le lieu de la rencontre.

17 février

Moins de 50 % de nos lecteurs ou auditeurs tiennent pour crédibles les informations qu’ils lisent, entendent ou voient. Début 2022, 38 % des personnes interrogées pour le baromètre Kantar Public - La Croix (réalisé depuis 1987) déclarent qu’elles n’accordent que peu d’intérêt aux nouvelles données par les médias. Le décrochage est particulièrement fort chez les 18-24 ans : ils sont 62 % à affirmer leur désintérêt.
Le CDJM se veut « une des réponses à la crise de confiance du public envers les médias et aux tentatives de manipulation de l’information ». Dès qu’une information apparaît comme incorrecte, on peut saisir cette instance indépendante. Tout en respectant les choix éditoriaux, le CDJM examine la requête de façon tripartite (avec des représentants des journalistes, des patrons de presse et du public). Depuis sa création il y a 3 ans, il a reçu près de 600 saisines, à propos de quelque 300 actes journalistiques différents, et a rendu 95 avis.
En tant que journaliste, comment faire évoluer mes pratiques, très concrètement, au regard des règles déontologiques ? D’ailleurs, sur quels textes s’appuie-t-on ? Et si je fais une erreur dans un papier, le CDJM va-t-il me taper sur les doigts ? Il se prend pour la justice ? Pourquoi parle-t-on aussi de « médiation » ? Le CDJM a édicté des bonnes pratiques lorsqu’il est nécessaire d’apporter une rectification, mais faut-il vraiment en passer par là ?
Nous aborderons toutes ces questions (et bien d’autres !) avec Yann Guégan, journaliste en charge de l'innovation éditoriale chez Contexte et vice-président du CDJM.
Cette rencontre s’inscrit dans la volonté de l’AJIS de vous proposer plus souvent des moments où l’on réfléchit concrètement à notre métier.
Inscription obligatoire auprès de Nadine Decorce, déléguée de l’AJIS, par mail, qui vous communiquera le lieu de la rencontre.
(rencontre réservée aux journalistes)