27 janvier 2016

En 2015, l’Ajis a organisé 34 activités, tout au long de l’année, auxquelles ont participé 668 journalistes et partenaires de l’association. Ce à quoi il faut ajouter nos manifestations traditionnelles : la cérémonie du Prix Ajis en juillet ainsi que la fête de l’annuaire qui s’est tenue pour la deuxième fois à la rentrée de septembre. En revanche, nous n’avons pas organisé cette année de rencontre avec nos partenaires. En effet, nous avions observé en 2014 qu’à force de répéter ce format chaque année, il y avait de moins en moins de partenaires intéressés. Nous réfléchissons donc à renouveler le genre. Au total, ce sont ainsi 36 manifestations qui ont été mises sur pied par les membres du comité directeur. L’équipe avait été fortement renouvelée en 2015 avec six entrants. Dans le même temps, deux personnes ont souhaité quitter le CD en cours d’année pour des raisons personnelles. Néanmoins, nous avons rapidement trouvé une bonne dynamique et chacun a apporté sa pierre. Ainsi, par rapport à l’année précédente, nous avons organisé cinq activités de plus, portés sans doute aussi par une actualité très riche, et surtout le nombre de participants au total a bondi de 49%, preuve que nos propositions sont tombées justes. Certains grands RDV ont attiré beaucoup de monde notamment Myriam El Khomri (57 présents) ou Philippe Martinez (37) ainsi que des tables rondes comme celle sur le projet de loi santé (41). Pour autant, d’autres activités sur des sujets très pointus si elles ont, par essence, attiré un nombre plus réduit d’adhérents, ont visiblement aussi comblé les personnes qui y ont assisté. Nous espérons avoir couvert la grande partie des sujets sociaux qui ont fait l’actualité en 2015 et nous sommes contents d’avoir également fait quelques petits pas de côté vers des sujets plus originaux. 

Sept grands RDV 

Trois ministres ont accepté nos invitations à un « Grand RDV Ajis » : Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat en charge de la famille, de l’enfance et des personnes âgées et qui est même venue deux fois, Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports et Myriam El Khomri, ministre du travail qui a bien voulu répondre aux questions des journalistes de l’Ajis quatre mois à peine après sa nomination. Cependant, nous regrettons vivement que son prédécesseur, François Rebsamen, n’ait pas accepté de venir s’exprimer devant nous en 2015 alors qu’il portait un projet de loi important. De même, ni Marisol Touraine, ministre de la santé, ni Emmanuel Macron, ministre de l’économie n’ont répondu à nos sollicitations répétées de venir décrypter devant nous leur projet de loi respectivement sur la « modernisation du système de santé » et sur la « croissance et l’activité ».
Ce dernier comportait, en effet, un important volet social. En revanche, le président du Sénat, Gérard Larcher, grand habitué des grands RDV, est venu en avril pour commenter l’actualité sociale. De même, les partenaires sociaux n’ont pas manqué d’accepter nos invitations. Un mois seulement après son élection, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a réservé à l’Ajis une de ses toutes premières rencontres avec la presse. François Asselin, président de la CGPME, est également venu à un grand RDV trois mois à peine après son élection. Enfin, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a été cette année encore au rendez-vous. 

Hors de nos frontières

Pour la 4e année consécutive, nous avons organisé un voyage d’étude à la Commission européenne à Bruxelles avec dix journalistes. Les thèmes retenus ont été le marché du travail et l’emploi, la garantie jeunesse, les travailleurs détachés et le TTIP. D’autre part, en septembre, nous avons dressé le bilan social de la crise grecque après cinq années d’austérité avec une chercheuse grecque, un représentant de la « commission pour la vérité sur la dette grecque » et le conseiller social de l’ambassade. Nous avions également prévu un voyage en Grande-Bretagne sur l’emploi et les réformes du marché du travail. Pour des raisons d’agenda, il n’a pas encore pu avoir lieu mais nous espérons pouvoir l’organiser très rapidement. Enfin, nous avons reçu le directeur général adjoint de l’OIT, Gilbert Houngbo, qui a fait le point sur les actions de cette institution internationale sur la responsabilité sociale des multinationales, deux ans après la tragédie du Rana Plazza.

Décryptages et formations

Fidèle à notre tradition, nous avons organisé une série de décryptages sur des projets de loi en cours et plusieurs matinées de formations. Nous avons initié une nouvelle formule qui a rencontré d’emblée beaucoup de succès : la présentation des projets de loi par leurs rapporteurs. Cela a été notamment le cas pour le projet de loi santé et le projet de loi dialogue social et emploi. De plus, nous avons consacré des décryptages sur le volet hospitalier de la loi santé avec les experts qui avaient été mandatés par le gouvernement sur le sujet, sur la loi Macron avec un cabinet d’avocats, sur la réforme de la justice prud’homale avec une juriste ou encore sur la réforme territoriale avec l’ARF. Nous avons aussi mis sur pied des décryptages avec différents organismes comme, par exemple, celui sur l’accord sur les retraites complémentaires Agirc Arrco ou encore celui, en exclusivité pour l’Ajis, sur les premiers résultats de l’évaluation de la convention de l’Assurance chômage par l’Unedic. Enfin, nous avons continué à proposer des formations comme celle sur le PLFSS et le PLF - pour la 5e année de suite - qui intéresse toujours beaucoup de monde ainsi qu’une matinée de découverte sur un sujet moins connu : l’outil d’analyse de l’activité hospitalière Hospi Diag avec l’ANAP. Cette dernière s’inscrit dans notre volonté d’accompagner les journalistes sociaux qui en ont envie de s’essayer au data journalisme.

Des rencontres et des tables rondes

Cette année a été très riche en rencontres avec des personnalités dont Etienne Caniard, président de la Mutualité française,  Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale de EELV, Jean Bassères, directeur de Pôle Emploi, Jean-Denis Combrexelle, ex-DGT venu présenter son rapport sur la négociation collective et Yves Struillou l’actuel directeur général du travail. En outre, six tables rondes ont été organisées sur des sujets d’actualité : les services à la personne, les 35 heures à l’hôpital, les discriminations au travail, les expérimentations « territoires zéro chômeur », la généralisation de la complémentaire santé et le dérèglement climatique et son impact sur les besoins de main d’œuvre avec l’AFPA. Et l’une d’elle a été organisée en partenariat avec l’Ajmed (l’association des journalistes médicaux) sur la politique de fixation du prix du médicament. Nous souhaitons d’ailleurs développer les événements en commun avec d’autres associations de journalistes qui travaillent sur des sujets proches des nôtres. 

Parité : encore un effort

Comme l’année dernière, nous avons souhaité mesurer la représentation des femmes et des hommes parmi les intervenants de nos manifestations. Le décompte précis a révélé que nous avions invité 47 hommes pour 19 femmes, soit 71% d’hommes et 29% de femmes. C’est encore davantage déséquilibré que l’année précédente. Cependant, ce résultat paraît toujours refléter relativement fidèlement la présence actuelle des femmes aux postes clés dans le champ social. Mais s’agissant des experts, nous avons à cœur de contribuer à une meilleure visibilité des femmes notamment dans les tables rondes.

Le coût de l’absentéisme

C’est une question que nous soulevons chaque année. Les désistements inopinés d’inscrits à des activités sont en régression mais nous continuons d’appeler les adhérents à nous prévenir en cas d’empêchement car les absents n’ont pas forcément tort mais ils coûtent chers. Pour rappel, ce que nous payons aux restaurateurs est calculé au prorata des petits déjeuners commandés la veille, qu’ils soient consommés ou non. Dans le même temps, nous observons également de plus en plus d’inscriptions de dernière minute, ce que ne facilite pas toujours le travail de notre déléguée.

Le prix de l’Information sociale

Cette année ont été récompensés Quentin Moynet du CELSA pour une enquête intitulée « A Aubervilliers, l’insertion montre les poings » (Prix Ajis) ainsi que Solene Oeino et Jérôme Wysocki, étudiants à IEJ, pour une enquête dont le titre est « Coupures d’eau : illégalités en cascade » (mention Afpa). Pour mémoire, le premier prix est doté d’une somme de 3500 euros et la mention Afpa de 2500 euros. A noter que pour la seconde année consécutive, nous avons constaté une légère baisse du nombre de participants. C’est pourquoi nous avons essayé pour le prochain Prix d’améliorer notre communication en ciblant davantage d’étudiants en multipliant les canaux.

-----

Il nous reste à remercier chaleureusement tous les membres du comité directeur qui ont pris part à l’organisation de toutes ces activités. Nous remercions tout particulièrement les membres sortants avec une mention toute spéciale pour notre président Manuel Jardinaud qui quitte le comité directeur après sept années d’engagement sans faille et d’enthousiasme communicatif ainsi que pour Claire Alet membre active du CD pendant deux ans. Nous rappelons que tout membre journaliste adhérent de l’Ajis peut également proposer des activités au comité directeur et les organiser avec son soutien. Nous sommes également à votre écoute pour toute suggestion concernant les activités et espérons que l’année prochaine soit aussi riche en rencontres, formations et voyages.

Véronique Hunsinger
Secrétaire générale de l'Ajis

Guillaume Guichard
Secrétaire général adjoint de l'Ajis

(Janvier 2016)

Soumis à l'assemblée générale ordinaire du 28 janvier 2016 à Paris.


Est annexée à ce rapport d'activités lors de l'envoi à nos adhérents, la liste des manifestations organisées par l'association en 2015