11 décembre 2013

Devant des journalistes de l’AJIS, la ministre chargée des Personnes âgées, Michèle Delaunay, a détaillé les axes de la grande loi en préparation : place des aidants, revalorisation de l’APA, foyers-logements, Silver économie, Haut comité de l’âge, etc.

Depuis que le Premier ministre a officiellement annoncé fin novembre le calendrier de la grande loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, Michèle Delaunay est sur tous les fronts. Les concertations avec les professionnels se multiplient pour peaufiner les divers points en suspens et faciliter les arbitrages. Dès lors, le moment était particulièrement bien choisi pour cette rencontre avec l’AJIS.

Droit au répit pour les aidants

Revenant rapidement sur le premier volet de la loi centré sur le domicile, la ministre a apporté quelques précisions. Sur les aidants, un droit au répit (sans doute sur la base de 7 jours annuels) devrait être pris en charge (tout ou partie) dans ce cadre.
Par rapport à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) sur le versant domicile, la ministre a assuré que tous les bénéficiaires actuels seraient concernés par sa revalorisation. Pour autant, les niveaux de dépendance les plus élevés (GIR 1 et 2) devraient être les plus impactés par ce progrès.

Forfait autonomie pour les logements-foyers

Concernant les logements-foyers, Michèle Delaunay a indiqué qu’il leur serait attribué un forfait autonomie. Géré de façon libre par les structures, celui-ci leur permettra de lancer des animations ou de faire intervenir des professionnels, comme des psychologues.
Sur la prévention de la dépendance, les aides techniques devraient être rendues plus accessibles aux personnes âgées peu argentées. La ministre a parlé d’un bouquet de services qui pourrait associer de la télésurveillance, des systèmes anti-incendie. Cette action devrait s’articuler avec la réflexion sur l’adaptation des logements aux contraintes de l’âge.
La gouvernance du secteur devrait également évoluer. Le projet de loi prévoira la création d’un Haut comité de l’âge, un peu sur le modèle du Haut comité de la famille.
Sur le chantier de la Silver économie, la ministre a plaidé pour un engagement de toute la société. Cela pourrait générer à terme 0,25 point de croissance et participer à la bataille pour l’emploi.

"L’âge ne doit pas être un naufrage"

Très volontariste, la ministre a souligné l’enjeu qui se pose autour de la dimension culturelle du vieillissement. "L’âge ne doit pas être un naufrage", dit-elle dans une allusion à une formule prêtée au général de Gaulle. Pour la ministre, la vieillesse est un combat. Il ne reste plus qu’à le mener jusqu’à son terme aussi bien en direction d’une société encore timorée qu’en direction de Bercy, qui joue la carte de l’amaigrissement de tous les budgets. Si les 645 millions d’euros de la Casa devraient, selon Michèle Delaunay, permettre de financer le premier volet de la grande loi, le second, centré sur les établissements, est encore plongé dans un flou qui n’a rien d’artistique.

Voici la dédicace laissée par Michèle Delaunay sur le Livre d’Or de l’AJIS à l’issue de la rencontre :
« Merci à l’AJIS de son accueil mais plus encore de son rôle majeur dans la connaissance, le progrès, les efforts, les grandeurs et les difficultés du champ de l’âge.
Le 12 Déc 2013
Michèle Delaunay »