16 septembre 2013

Invitée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis), le 17 septembre 2013, Sabine Fourcade, directrice générale de la cohésion sociale (DGCS) a donné des précisions utiles sur l’avancée des (nombreux) chantiers qui sont sur la table de cette direction particulièrement sollicitée depuis un an par le gouvernement. Pendant une heure trente, Sabine Fourcade a passé en revue les divers dossiers, pour certains déjà bien engagés, pour d’autres, encore esquissés.

Le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté concerne en premier chef la DGCS. Sur les 15 mesures phares de celui-ci dont François Chérèque doit suivre le déroulement, les services de Sabine Fourcade en pilotent directement six.

Sur l’hébergement d’urgence dont la crise est patente, des "diagnostics partagés à 360 degrés" prenant la suite des plans territoriaux de sortie de l’hiver doivent être élaborés dans chaque département.

L’objectif est de mieux connaître les besoins locaux, les capacités existantes et surtout d’organiser la fluidité des parcours.

L’autre grand chantier concerne la "gouvernance" de la lutte contre les exclusions. Il s’agit là de bien clarifier le rôle de chacun et de faire travailler tout le monde ensemble. Outre une meilleure efficacité, l’objectif des pouvoirs publics est clairement de lutter contre le phénomène massif du non-recours qui s’explique, en partie, par des lourdeurs et incohérences administratives. "Il faut faire en sorte que les différents guichets se coordonnent et éviter que les usagers ne repartent à zéro à chaque fois", a expliqué Sabine Fourcade.

Quant aux États généraux du travail social, dont certains s’inquiètent d’un retard à l’allumage, Sabine Fourcade a indiqué que ses services travaillaient sur la méthodologie. Les premières assises régionales n’auront pas lieu, comme prévu, à l’automne, mais plus sûrement cet hiver.

Bien d’autres sujets, plus techniques, ont été abordés lors de cette rencontre avec la presse spécialisée : la réforme de la tarification des établissements accueillant des personnes handicapées et le statut des établissements et services d’aide par le travail, la prévention de la dépendance des personnes âgées à travers l’expérimentation des Paerpa, l’organisation médico-sociale, etc.