29 septembre 2013

Le ministre du travail, Michel Sapin, a rencontré lundi 30 septembre, les adhérents de l’AJIS. L’occasion de revenir sur un certain nombre de sujets.

Actualité oblige, le ministre du travail a d'abord été interrogé sur le travail du dimanche. "La question n’est pas celle du travail dominical. La question est qu’il y a aujourd’hui des situations incohérentes qui résultent d'une législation incohérente qui date de 2009", a expliqué le ministre du travail qui devait rejoindre Matignon pour une réunion interministérielle sur le sujet après le grand rendez-vous Ajis. "Il n'est pas acceptable qu'il y ait autant d'incertitudes", a-t-il poursuivi. Il a ensuite relevé que le problème est surtout francilien et non national, et prôné une régulation via le dialogue social "à un niveau suffisant".

Michel Sapin a ensuite abordé l’ouverture de la négociation sur la formation professionnelle et, notamment, la question du financement du paritarisme. "Il y aura un financement clair du paritarisme", a-t-il insisté. "J’ai décidé qu’au moment où s’ouvrait une négociation sur la formation professionnelle, je traitais de la question du paritarisme. Les partenaires sociaux sont ouverts sur le sujet, a-t-il assuré, car il est avant tout de l’intérêt de l’ensemble des partenaires sociaux que cette question soit clarifiée".
A cette occasion, il a réaffirmé que la question de la représentativité patronale "sera réglée avant la fin de l’année d’une manière ou d’une autre".
Michel Sapin est également revenu sur la question du 0,9 %, la contribution légale afférente au plan de formation pour les entreprises de plus de 20 salariés. "Le ministre que je suis n’interdit pas les organisations de réviser la question du 0,9%", a-t-il tenu à préciser. Laissant le champ libre aux négociateurs, il a ajouté : "Nous ne pouvons plus raisonner de la même façon qu’en 1971 !"

Le ministre du travail a également été interrogé sur les chiffres du chômage du mois d’août notamment marqués par une hausse inexpliquée des non actualisations de demandeurs d’emploi. "J’ai demandé à Pôle emploi et à la Dares ce qui s’est passé". L’occasion aussi pour le ministre du travail de réaffirmer que "l’inversion de la courbe du chômage c’est à la fin de l’année", rappelant que c’est "l’objectif "que s’est donné le gouvernement.

Voici la dédicace laissée par Michel Sapin sur le Livre d'Or de l'AJIS à l'issue de la rencontre :
"En souvenir d’une rencontre une nouvelle fois passionnée et passionnante avec l’AJIS.
Avec mes remerciements et mon amitié
Michel Sapin
P.S : A l’année prochaine !"