23 avril 2013

Si les politiques de santé restent globalement de la responsabilité des Etats dans l’Union Européenne, de plus en plus de sujets dans ce champ sont désormais traités à Bruxelles. C’est ce qu’ont eu l’occasion de constater les quinze journalistes de l’AJIS partis en voyage d’étude dans la capitale européenne en avril.

La première journée a été réservée à la Commission européenne. La directrice générale SANCO (santé-consommateur), Paola Testori Coggi a ainsi rappelé le champ de compétence européen. Un champ qui, pour ne citer que quelques exemples, va de la santé publique avec le nouvelle directive sur le tabac, à la sécurité des soins avec la directive sur les dispositifs médicaux et même à l’assurance maladie avec la directive sur les soins transfrontaliers que la France devra avoir transposée avant la fin de l’année.
Plusieurs textes d’actualité ainsi que le programme Health for growth ont fait l’objet d’un décryptage par des responsables de politiques dela direction SANCO. Leporte-parole du commissaire chargé de la santé s’est également exprimé sur les sujets d’actualité : débat français sur les pilules contraceptives, scandale de la viande de cheval et des prothèses PIP, …
Au Parlement européen, les journalistes de l’AJIS ont ensuite assisté une réunion dela commission ENVI(santé/environnement) puis débattu avec deux eurodéputées :la française EELV MichèleRivasi et la bulgare de centre droit Antonya Parvanova.
La seconde journée a été consacrée à des rencontres avec trois lobbies dont les intérêts sont divergents : l’industrie pharmaceutique, la Sécu française et l’association internationale de la mutualité.