21 novembre 2017

Pour son premier « Grand Rendez-vous » avec l’AJIS, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn a répondu au flot de questions de la cinquantaine de journalistes présents.
Au lendemain de l’attribution à Amsterdam du nouveau siège de l’Agence européenne du médicament, la ministre a assuré que l’exécutif avait « tout donné » pour défendre la candidature lilloise. Agnès Buzyn a également affirmé qu’elle avait « bon espoir » d’aboutir à un cadrage sur le reste à charge zéro en 2019 pour les lunettes, les prothèses dentaires et les prothèses auditives. Elle a notamment mis en avant la nécessité de définir, de manière préalable, un  panier de soins  de base. La traduction de cette négociation devrait prendre sa place dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019. S’agissant de l’hôpital, elle a été interrogée sur le dégel en cours des crédits hospitaliers mis en réserve. Elle a également expliqué sa vision de la réforme de la tarification des hôpitaux publics estimant qu’avec « la tarification à l’activité, on a voulu faire agir les personnels hospitaliers comme si l’hôpital était une entreprise comme une autre ». Elle mise en particulier sur l’introduction progressive de rémunération au parcours de soins, en particulier pour les maladies chroniques, et a insisté sur la notion de rémunération à la « qualité » et à la « performance ». Enfin, elle est également revenue sur la mise en place du tiers payant obligatoire, du dossier médical personnel et des expérimentations de télémédecine.

Crédit photo : Thierry Nectoux.