8 février 2019

Décentralisé, dénué de leaders désignés, marqué par des revendications hétéroclites, le mouvement des "gilets jaunes" semble chambouler les modes de mobilisation sociale traditionnels. Les syndicats, comme les pouvoirs publics, ont été pris de court par ce mouvement né sur les réseaux sociaux. Peut-on parler d’un mouvement social? Que révèle ce mouvement de la place des organisations syndicales aujourd'hui? Sont-elles dépassées? Ont-elles les moyens de reprendre la main? Faut-il repenser les fondements de la représentation syndicale?

Trois spécialistes du syndicalisme et des mouvements sociaux sont venus leur expertise :
- Guy Groux, sociologue, directeur de recherche associé au Cevipof et directeur du master Dialogue social et stratégie d’entreprise à Sciences Po,
- Stéphane Sirot, professeur d'histoire à l'université de Cercy-Pontoise et à l'IAE de Nantes, spécialiste de l'histoire et de la sociologie des grèves, du syndicalisme et des relations sociales,
- Olivier Mériaux, politologue, spécialiste des relations sociales, ancien directeur général adjoint de l'Anact, désormais consultant au cabinet Plein Sens.

Crédit photo : Bernard Domergue