9 octobre 2019

C’est la réforme qui suscite le plus d’unanimité contre elle. Syndicats et patronat n’ont pas eu de mots assez durs contre la potion que le gouvernement leur a concoctée sur l’assurance-chômage : les premiers dénoncent des règles d’indemnisation qui vont mettre à genou des centaines de milliers de précaires, les seconds feront tout pour éviter l’application du « bonus-malus » sur leurs cotisations chômage. L’Unédic a passé tout cela au crible pour en apprécier les conséquences, sociales et financières. C’est tout l’objet de cette séance de formation comme l’AJIS en organise une à chaque changement de logiciel de l’assurance-chômage. Avec, cette fois-ci, un menu hyper copieux après l’introduction par Patricia Ferrand, la présidente Cfdt de l’Unédic : « mise en perspective historique » en amuse-bouche ; « duo conditions d’éligibilité-calcul du SJR », « dégressivité », « bonus-malus » comme plats de résistance servis sur un lit de cas types et de comparaisons internationales ; « convention tri-partite » en trou normand ; et « prévisions de recettes » en dessert.  Le tout sera arrosé des précisions de plusieurs experts maison qui épauleront Pierre Cavard, le directeur général par intérim.

Crédit photo : Unédic.