6 novembre 2019

Une réforme de l’aide sociale à l’enfance lancée il y a 3 semaines, l’annonce dans quelques jours d’un plan de lutte contre les violences faites aux enfants et, d’ici la fin de l’année, la présentation d’un pack de services pour soutenir les parents dans le cadre des mille jours, autrement dit la fin de la grossesse et les 2 premières années de vie de l’enfant. Cet automne, la petite enfance occupe une part non négligeable de l’agenda social.
Adrien Taquet, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, en charge de la protection de l’enfance, a accordé à l’AJIS un grand rendez-vous. L’occasion de l’interroger sur le contenu de ces différents plans, sur leur articulation avec la stratégie pauvreté, et sur les chances de succès, notamment de cette énième réforme de l’aide sociale à l’enfance. Les départements ont déjà fait savoir que les 80 millions d’euros annoncés leur semblaient bien inférieurs à leurs besoins pour que les enfants placés aient, à l’issue de leur parcours, acquis une certaine égalité des chances de réussite personnelle et professionnelle.
D’autres politiques peuvent impacter les jeunes enfants, comme les mesures en faveur des aidants lorsqu’ils ont un handicap, ou des arbitrages attendus sur la question de la prestation du handicap pour les parents handicapés.

Voici la dédicace laissée par Adrien Taquet sur le Livre d'Or de l'AJIS à l'issue de la rencontre :
« Merci beaucoup à l’AJIS et à vous tous pour ce baptême du feu, qu’il est agréable, de bon matin, de discuter de ce sujet beau et important qu’est l’enfance avec des personnes qui s’y connaissent, qui s’y intéressent aussi.
En espérant que le plaisir fut partagé, et que cette première rencontre en appelle d’autres.
Adrien Taquet
secrétaire d’Etat à l’Enfance
le 6 novembre 2019
-> J-14 le 30e anniversaire de la convention internationale des droits de l’Enfant »

Crédit photo : AJIS