Monsieur le ministre
Madame la Commissaire générale adjointe
Monsieur le directeur général de l'Afpa
Chers lauréats
Chers adhérentes et adhérents
Chers membres partenaires
Mesdames
Messieurs

J’ai l’honneur de présider la cérémonie de remise du Prix 2015 de l’information sociale. J’en suis ravi. Car ce Prix récompense la jeunesse, l’avenir de notre métier. Et en ces temps d’insertion professionnelle difficile, c’est une grande satisfaction de participer à ce coup de pouce à des diplômés talentueux.

Cette année, le jury avait à départager 8 sujets sur 38 candidatures préalablement reçues. C’est peu par rapport aux 50 de l’an passé. Peut-être l’information sociale est-elle parfois vue comme une matière aride ou bien secondaire par les élèves journalistes, très sollicités par les récompenses de toutes sortes lors de leur dernière année d’étude.

Je souhaiterais d’ores et déjà remercier les membres du jury invités cette année, et qui ont vraiment sympathiquement rempli leur mission. Pour les écoles de journalisme : Nicole Gauthier du CUEJ de Strasbourg et Roselyne Ringoot de l’Ecole de Journalisme de Grenoble, l’EJDG. Pour les médias : Patrick Apel-Muller de l’Humanité et Dominique Seux des Echos.

Chacun a apporté son regard de professionnel et sa bonne humeur lors du diner au cours duquel nous avons eu à départager les finalistes. Ce fut une nouvelle fois une expérience riche et conviviale.

Je vous laisserai le soin, M. le ministre pour le Prix de l’information sociale, et M. Estampes pour la mention spéciale Afpa, de nous dévoiler les noms des lauréats et de nous livrer le regard que vous portez sur ces deux articles.

Comme vous le savez, ce Prix est l’occasion de rendre hommage à 5 de nos consœurs et confrères, adhérents de notre association, tragiquement disparus dans un accident d’avion le 12 décembre 1984 au retour d’un voyage d’étude organisé par l’Ajis avec l’Afpa.

Je suis fier de citer leur nom pour que leur mémoire continue de vivre :
- Marie-France Desgouttes, 28 ans, France-Culture
- Martine Godoy, 26 ans, La Croix
- Eric Hassan, 31 ans, Libération
- Evelyne Lance, 37 ans, Les Echos

Jean-Claude Pirot, responsable à l’Afpa, est également décédé lors de cet accident. Quelques semaines plus tard, Robert Ligneul, journaliste à Options, mettait fin à ses jours après avoir perdu ses camarades au Bourget.

Notre constance à leur rendre hommage à travers ce Prix est, pour ainsi dire, récompensée. Car, dans la salle ce soir, nous avons l’honneur d’accueillir Matthieu et Raphaël Lance, fils d’Evelyne Lance, qui nous ont déjà fait l’amitié de leur présence l’an passé.

Nous accueillons aussi pour la première fois des membres de la famille de Jean-Claude Pirot, de l’Afpa, dont nous mentionnons le nom chaque année : Cédric et Jean-Charles Pirot, ses fils, et Marie-Jeanne Pirot-Pelegrin, leur mère. Merci d’être ici et soyez les bienvenus.

Encore trois remerciements et j’en aurai terminé !

D’abord à l’Afpa, notre partenaire depuis 2005 et dont la fidélité au Prix Ajis est extrêmement réjouissante.

A France Stratégie et à sa commissaire générale adjointe Selma Mahfouz ensuite, qui ont la gentillesse de nous accueillir une nouvelle fois au sein du superbe hôtel de Vogüé.

Remerciement enfin à vous, M. le ministre, qui avez accepté cette année encore de vous déplacer pour remettre le Prix de l’information sociale à son lauréat.

Pour vous aussi cela devient une tradition ! Peut-être même serez vous présent l’an prochain… Pour ma part, en 2016, je serai dans l’assistance et j’écouterai avec attention le discours du ou de la journaliste qui m’aura remplacé à cette place.

Alors, comme c’est la dernière fois pour moi, j’en profite de vous avoir à mes côtés, M. le Ministre.

Je vous assure que nous aurions été absolument ravis de vous recevoir en ce mois de juin alors qu’un texte essentiel pour la vie sociale des entreprises était – et est toujours - en discussion au Parlement.

Je ne vous cache pas notre déception que notre invitation soit restée lettre morte jusqu’à aujourd’hui.

Aussi, je ne peux que la réitérer et vous convier à venir échanger avec les journalistes de l’Ajis à la rentrée pour un grand débriefing de la loi de modernisation du dialogue social.

C’est peu dire que nous comptons sur vous.

Je vous laisse maintenant le soin à M. Estampes, directeur général de l’Afpa, de remettre la Mention Afpa 2015.

Merci de votre écoute. Merci de votre présence.